Le Laos, tout le Laos, et seulement le Laos

Publié le par Charly

J'arrive a Ventiane, la capitale du Laos, le deux decembre apres les 24 heures de voyage depuis Hanoi. Le premier mot que j'entends en sortant du bus est "Tuk Tuk?". Ce sont les transports du Laos, de sortes de petites camionettes ou s'entassent parfois plus de dix personnes et leur bagages (Cela veux parfois dire des poules, des fruits, et un tat de paquets). En arrivant pour la premiere fois dans un pays il est difficile de ne pas se faire avoir sur le tarif des transports. Je ne connais pas le prix du trajet, a peine la monnaie, et je suis fatigue, l'envie de negocier n'est pas forcement presente. J'ai donc paye le triple du prix normal. Sur le chemin menant de la gare routiere jusqu'au centre de la ville, la capitale montre un visage de gros bourg plutot que de ville. Je ne vois pas de gratte-ciel et les routes sont en mauvaise etat, parfois en terre. Une premiere impression plutot encourageante qui va vite etre rabattue par le constat que cette ville est aussi pleine de touristes ne cherchant qu'a se mettre la tete a l'envers tous les soirs sans penser a decouvrir le pays et sa population.

Je pars donc assez rapidement de cette capitale a la recherche du vrai Laos, celui dans lequel les gens sont accueillants et amicaux. Direction Pongsavan pour une premiere destination. Sur le trajet je rencontre Elisa une Italienne en voyage pour 4 mois. Je voyage aussi dans le bus le plus "vomitif" de l'histoire de mon voyage. Un premier sac apres seulement un quart d'heure puis c'est un concerto. La dame a mes cotes que je croyais solide a tenu le coup pendant 6 heures. Durant cette premiere partie je suis comme dans un non-quiche-land. Mais soudain elle me demande de changer de place car elle sent le mal arriver. Et je me retrouve alors au coeur de l'orchestre avec a ma droite un soliste ne quittant pas le nez de son instrument et a ma gauche un gargouillesque duo s'echangeant des repliques dans une conversation riche en rhytmes et en couleurs. Arrive (ouf!) apres une dizaine d'heures de voyage et des fenetres repeintes aux couleurs locales, je commence mes quatre jours de voyage en compagnie d'Elisa. Le scooter est encore le moyen privilegie pour voyager localement. Nous visitons la fameuse plaine des jares a Pongsavan, les caves a Veng Xai dans lesquelles se cachaient les Laotiens durant la guerre contre les maudits ricains. Mais ce qui restera principalement dans nos memoires, c'est le Laos des petits villages. Les enfants qui fuient l'etranger dans un premier temps puis qui dans un deuxieme temps veulent tous avoir leur image dans la boite. Les anciens qui nous invitent a visiter leur huttes faites de bambous. Les artisans qui construisent les toits avec les seules produits de la nature. La folle du village enchainee qui n'arrete pas de rigoler. Tout cela laisse un souvenir imperissable, des gens qui vivent simplement dans une petite communaute mais surtout qui vivent heureux. Le passe est pourtant douloureux. On le retrouve dans les constructions des batisses avec des restes de bombes servant notamment a faire les pilotis des maisons. Le Laos est un pays mine. Chaque annee des centaines de personnes meurent encore des bombes non explosees pendant la guerre. Ce n'est pas pret de s'arreter. Les specialistes estiment qu'il faudra encore 20 ans pour nettoyer le territoire...

Apres ces quatres jours de decouverte, je quitte Elisa pour le grand nord du Laos: Pongsali. Je fais route avec Jeff un belge cultive et à l'humour fin. Le premier jour, bus dans le Laos des villages. Au Laos les poussins ont un jeu un peu special. Le but est de passer le dernier avant le passage du bus. Depuis le bus nous pouvions voir ces rangees de poussins sur les starting block sur le bas-cote de la route. Au dernier moment ils s'elancent tous pour arriver sur l'autre cote... Et parfois cela fais scrach, cela signifie alors qu'un petit poussin a perdu le jeu. Mais la mort du petit poussin n'est pas veine, les Laotiens vont surement s'en servir pour un bouillon ou une soupe. Et oui au Laos aussi rien ne se perd rien ne se cree tous se transforme. Avant de prendre le bateau le deuxieme jours je rencontre avec surprise Mathieu Legall de supsup qui est en stage a Bangkok. Nous partons pour deux jours de bateaux en remontant la riviere du Nam Ou dans des petites barques. Le paysage est splendide, la nature incroyablement sauvage, et nous avons acces a des scenes de vie sur les cotes de la riviere et lors des pauses dans les petits villages. Arrive a Pongsali nous entendons de la musique le soir dans un grand hall. Nous entrons voir ce qu'il se passe. C'est un mariage Laotien. Les gens nous invitent a venir boire, danser, et a apprecier la soiree. Dans la fete tout le monde boit beaucoup et seul les maries semblent sobres. Apres quelques danses Laotiennes et quelques tentatives de rock sous le regard courouce des anciens nous rentrons dormir dans notre charmant hotel.

Je pars alors pour trois jours de trek dans les montagnes du nord du Laos. Je pars avec un couple d'Australiens tres ouverts d'esprit, un Finlandais un peu fou qui ne boit pas, ne fume pas, ne mange pas de viandes car ce n'est pas dans sa religion, et un guide qui se fait appeler Tui (fat en  Laotien). Marche dans la jungle, dortoir dans les petits villages, douche dans les rivieres, decouvertes culinaires, ce trek nous a offert tout ce qu'on voulait c'est a dire revenir noir de crasse et avec une idee plus claire de la vie dans les villages Akas (une des minorite presente au Laos).

Maintenant de retour a la civilization a Luang prapang je prends le temps de souffler un peu pour rediger ce que j'ai vecu dans ce Laos et pour ensuite partir en direction de Bangkok d'ou je vais passer noel en famille car oui je vais me joindre a eux pour les vacances de noel. sept jours de repos!
Au prochain episode de nouvelles decouvertes culinaire, culturelle, du Ping Pong Show... Qui sait, il parait que Bangkok reserve des surprises inattendues!

Publié dans Laos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Julie SCHWAB 11/01/2010 22:34


J'ai bien reçu ta petite carte. Ce tibétain avec la clope au bec et ses lunettes gangsta m'a beaucoup fait rire. Tu as l'air de te régaler et c'est plaisant à lire! =) Pour ma part, tout se passe
bien dans ma licence droit/espagnol. J'ai passé tous mes partiels. Résultats en février. En attendant, je me la coule douce durant mes congés. Et oui, vive la FAC!
Continue d'ouvrir grand tes yeux. Bisettes!


david 04/01/2010 10:07


Joyeux Anniversaire man!!


Enora 27/12/2009 23:09


JOYEUX NOEL Charly! A bientôt en Australie!


bro bro 21/12/2009 13:50


Joyeux Noel!!
Profite de tout


Christophe 20/12/2009 11:27


Quel voyage, j'espère que Jeff et toi vous aurez gouté au bouillon de poussin lent écrasé par un pneu de bus lors de jeux romains.. Bon Noël à tte la famille